• Archives Mensuelle

  • RSS Heureux à l’école!

    • fr
Thérèse Eveilleau vous fait aimer les maths !

Thérèse Eveilleau vous fait aimer les maths !

« J’aime pas les maths ! », est un théorème bien connu de votre littéraire Isaure, suivie par son frère Gustin qui, tel un chœur antique, surligne : « Ben, moi non plus ». Je vous ai trouvé la sorcière bien aimée spécialiste de la question : elle se nomme Thérèse Eveilleau.

Je ne connais pas Mme Eveilleau, ce qui me rend très libre de plébisciter son blog consacré aux maths. C’est la prof dont nous avons tous rêvé. Voilà pourquoi.

Un puits de science éclairé comme un phare
Il y a des puits de sciences dont les discours, tels des puits sans fond, assurent notre attention d’une noyade certaine. Après dix minutes, on décroche, par manque de bases mathématiques pour suivre. Et puis, la vie et le surf sur Internet, vous amène un jour à rencontrer Thérèse Eveilleau. Elle vous prend par la main et vous démontre, écrans animés à l’appui, que les mathématiques sont passionnantes. C’est aussi en totale adhésion avec l’histoire, l’histoire des idées, les progrès et les recherches des hommes, leurs découvertes fortuites ou implacablement construites. Car cette enseignante d’Alençon est aussi détentrice d’un DEA « Informatique en Intelligence Artificielle » à Caen. Ce n’est pas un détail : grâce à ces compétences agrégées, si on peut dire, son site vous explique les grands principes mathématiques, mais vous fournit aussi des explications animées. Mieux, elle vous invite à tenter vous-même des expériences.

A découvrir en famille
Avec ce site, on sait quand Isaure et Gustin vont se connecter. Mais il est fort à parier que vous allez avoir des difficultés à les décrocher. Car il est facile de passer d’une découverte ou d’un principe à un autre. Je préconiserais de débuter par la magie où certaines expériences sont bluffantes.

Mais toutes les rubriques sont passionnantes et leurs titres en disent long : Magie (dont des tours de télépathie), histoires, trucs, délices et paradoxes.

Le grand vertige, c’est de penser soudain que nous sommes passés à côté de toutes ces merveilles dans notre enfance. Mais si nous regardions dans la lucarne de Thérèse Eveilleau avec notre cher Gustin et notre formidable Isaure ?
Pas bête, allez-y, car il y a un trésor dans cette histoire : vous allez faire, expérimenter et découvrir ensemble. Rien ne rend plus heureux un enfant que cette expérience-là.

Le site de Thérèse Eveilleau : « Magiques Mathématiques »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*